La vedette du mois: Stéphanie Perreault, auteur

Bon mois d’octobre chers lecteurs! J’ai l’honneur de vous présenter une auteure local: Stéphanie Perreault, vedette du mois et réalisatrices de six oeuvres (jusqu’à date). Apprenez à la connaître davantage avec l’entrevue exclusif Vibe Local!

« J’ai toujours eu le crayon à la main, l’imagination très fertile. Mon frère aîné m’a enseigné les rudiments de l’écriture alors que j’avais quatre ans et je n’ai jamais arrêté d’écrire. J’aimais mettre en scène des pièces de théâtre lorsque j’étais enfant. J’ai écrit mon premier roman à l’âge de quinze ans, un roman qui ne sera jamais lu, j’en fais la promesse solennelle. Hahaha! 

J’ai étudié au Collège St-Joseph de Hull où j’ai opté pour des cours artistiques (musique, théâtre). J’ai débuté des études post-secondaires en lettres, espérant faire des études universitaires en littérature, mais j’ai dû interrompre avant l’obtention de mon Diplôme d’études collégiales parce que je n’avais pas la santé nécessaire pour travailler et poursuivre des études. J’ai commencé ma carrière au sein du gouvernement fédéral à l’âge de dix-neuf ans. À vingt et un ans, j’étais au cabinet de la ministre. Je suis demeurée à son service jusqu’à ce que le gouvernement change. J’ai terminé ma carrière en tant que conseillère en politiques en 2006, et c’était encore une fois ma santé qui me poussait à réévaluer ma façon de vivre.

J’ai repris la plume de façon créative au quotidien en 2008. En anglais d’abord, puis en français. J’ai écrit plusieurs textes, des romans inachevés, d’autres plus complets. Les mots me viennent, les histoires défilent incessamment. Je ne peux les taire, elles ne font que s’accumuler. 

En 2015, j’ai affiché que je cherchais un éditeur sur LinkedIn et j’ai transmis Les chemins de Sainte-Croix. C’est ainsi que j’ai trouvé mon premier éditeur, 5 Sens éditions. Sainte-Croix a été lancé en décembre et j’en suis à ma sixième publication avec La dame de Darnaway. Je suis à terminer un septième roman, celui-ci, comme les deux premiers, se situe au Québec, à Montréal, Joliette et Saint-Michel-des-Saints, des endroits qui me sont très familiers.

Je demeure au centre-ville de Hull, tout en haut d’une tour, avec mon enfant arc-en-ciel et mon époux, tous deux musiciens. Nous avons trois chats. »
J’ai demandé à Stéphanie pourquoi elle trouvait pertinent de faire une collaboration avec nous. Voici ce qu’elle nous a dit:

« J’essaie de toujours rester à l’affût de ce qui est nouveau et de former des partenariats avec ce qui est naissant. J’aime grandir et voir grandir, faire partie de l’émergence. Aussi, j’appuie tout ce qui est local en premier que ce soit dans le commerce ou dans l’entraide. J’aime revêtir des vêtements québécois ou canadiens, savoir d’où ils viennent, qui les a conçus. J’aime offrir de l’aide à ma communauté sur une base régulière. J’aime voir les commerces locaux fleurir. VibeLocal, c’est quatre jeunes femmes avec des visions différentes qui rapportent ce qui se passe ici, qui offrent  des trucs pratiques aux gens d’ici. Qui de mieux pour savoir ce qui nous concerne, ce qui nous touche? »

Nous tenons énormément à cette valeur et trouvons terriblement important du supporter tout projets locaux (Des vraiments beaux mots, si bien dit, merci!).

Ses romans publiés:

À la fin du 19e siècle, Jean Landry, habitué au travail dans les bois, se voit hériter de son oncle un lopin de terre dans le petit village de Wakefield au Québec. À son arrivée, tout n’est que dévastation : sa terre a été saccagée, brûlée. Personne ne veut s’approcher de lui. L’homme s’établit tant bien que mal, mais ce n’est qu’après le sauvetage de sa voisine qu’une toute nouvelle destinée se dessine pour lui. 

Reprenant où « Les chemins de Sainte-Croix » s’est arrêté, « L’héritage de Nazareth » suit de nouveau Sainte-Croix, la famille Providence et les habitants de Wakefield. Chacun a maintenant trouvé sa voie et pour Esther, c’est avec les Sœurs Grises de la Croix, au couvent de Hull, qu’elle vit sa vocation. Alors qu’elle est dévouée à l’enseignement, un nuage flotte sur la ville…

Dans le Montmartre des années 1980, Louis, un artiste, un provincial venu tenter sa chance à Paris, rencontre Jacqueline. Jacky…… Coquelicot… Jacky est une fille au grand cœur. Elle fait la rue, mais c’est l’idée de José Juste assez pour payer le loyer et tu arrêtes, qu’il lui avait dit, José… C’est du fric facile, tu vas voir…

Sous le ciel à Paris, c’est l’amitié, l’amour… C’est la vie, la mort… Les rires, les espoirs… Une histoire teintée de rouge. Ainsi va la vie qui va…

Au-delà du procurateur qui a signé l’arrêt de mort de Jésus le nazaréen, qui était Ponce Pilate? À travers les mémoires qu’il a dictés à son secrétaire, Eusébius, découvrez une différente version de l’histoire.

L’histoire de Simone et de sa fille Anne-Marie, deux femmes guidées par leur soif de liberté. Chassée du foyer familial par sa mère acariâtre, Simone fuit en pleine nuit avec le valet de ferme. Établie dans des conditions déplorables avec son époux, Simone réclamera constamment le pardon maternel et une aide qu’on refusera de lui accorder. Anne-Marie, à son tour, quittera la ferme familiale pour s’aventurer vers Paris, où on lui rappellera la promesse d’une terre au soleil. Une saga familiale où la vengeance engendrera la misère.

Dans le style de Downton Abbey, 1909. Retenue de force à Moray par sa vieille tutrice, Irena, Jane appelle la nièce de celle-ci à son secours. Mary, qui a l’habitude des drames de la jeune fille, prend la demande à la légère. Or, son intérêt est piqué lorsque son père, qui a fui avec elle douze ans auparavant, lui demande maintenant de le suivre à la maison, au château de Darnaway. Saura-t-elle enfin pourquoi ils sont demeurés loin de Darnaway si longtemps et ce qui a mené au rejet de son père du cercle familial?

Alors que tous se retrouvent à Darnaway, de lourds secrets familiaux seront révélés et chacun devra décider du chemin qu’il choisira de parcourir.

Pour la sortie de La dame de Darnaway, un événement dédicace sera organisé. Les détails sont à venir.

Endroits où les gens peuvent se procurer ses oeuvres:
On peut les demander chez son libraire préféré. À Gatineau, ils sont sur les tablettes à la Librairie Rose Marie et à la bibliothèque. Ses oeuvres sont toutes disponibles à travers son site web. Il y a des boutons actifs pour être redirigés vers la page de l’éditeur respectif pour en faire la commande. Aussi, tous sont disponibles en version numérique pour les plateformes les plus populaires. Ils sont chez Kobo, Amazon, etc. Elle invite les lecteurs à lui faire part des endroits où il serait bien de trouver ses livres afin qu’elle puisse faire les démarches pour qu’ils y soient.

Ses moyens de contact:

Site Web

Facebook

Courriel: stephanieperreaultauteur@outlook.com

Twitter: SPerreaultAuteur@Perreaultauteur
*Astuces de plus:

Stéphanie termine le roman « La poupée qui portait des bas » (titre provisoire). Ensuite, ell n’entreprendra que l’écriture de courts romans. On lui demande un troisième tome à la série Les chemins de Sainte-Croix. L’histoire est élaborée. Il ne resterait qu’à la « mettre sur papier ». Puis elle s’est permis une ouverture pour un tome précédant La dame de Darnaway ainsi que pour une suite. Cela reste à voir. « J’ai aussi tellement d’autres histoires à raconter… »

Bonne nombril de la semaine et à bientôt chers lecteurs!

Chantal 🦄


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s